S'inscrire >>  Mot de passe oublié >>
 

Escalade :
RETOUR SUR LE CHAMPIONNAT 42-43 - 1 ET 2 DÉCEMBRE 2018 -
[+]


Escalade :
RETOUR SUR LE WEEK-END MULTI - ACTIVITÉS FAMILLES - 13 ET 14 OCTOBRE 2018 -
[+]


Alpinisme :
RETOUR SUR LE STAGE DE PERFECTIONNEMENT ALPINISME - 7, 8 ET 9 JUILLET 2018 -
[+]


Alpinisme :
RETOUR SUR LE GRAND PARCOURS À CHAMONIX - 23 ET 24 JUIN -
[+]

SEMAINE DE RANDONNÉE DE L'ÉCOLE PLEINE NATURE

1480235345_1.jpg

On a failli aller dans les Pyrénées !

Finalement, ce fut le Queyras !

 

Forte de son expérience de bivouac lors du WE des 18 et 19 juin dans la vallée de l'Allier, les jeunes de l'école de pleine nature, encadrés par Sébastien, Yann et Francis, se retrouvèrent le dimanche 3 juillet au matin pour partir dans les Pyrénées Orientales, autour du Pic Carlit.

Las ! La météo capricieuse dans cette région obligea notre équipe à changer son fusil d'épaule, et à partir vers des cieux plus cléments !

Donc direction le Queyras (merci Christelle pour la gestion de dernière minute avec la DDCSPP), pour randonner... On ne savait pas encore trop où ! On verrait bien en chemin !

Le chemin nous mena finalement non pas à Rome mais à Ceillac, et il faisait beau, c'était déjà pas mal !

Nous nous installâmes au camping municipal (fraîchement fauché) et nous glanâmes quelques infos auprès des locaux pour concevoir un programme de rando pour la semaine, et savoir où nous pourrions aller voir le match le soir, car la France jouait et il ne fallait pas déconner avec ça. La France gagna, nous pûmes donc dormir tranquilles, mais cela serait dur au prochain tour !

Le lendemain, nous partîmes tous ensemble pour une rando à la journée, avec comme objectif de pique niquer au lac Sainte Anne. Les jeunes coururent comme des lapins et eurent tout de même la gentillesse de nous attendre de temps en temps pour contrôler que l'équipe encadrante n'était pas en surrégime. Le lac fut atteint vers midi après 2 heures d'un âpre combat et 700 mètres de dénivelée.

Et là, alors que tout allait bien, je ne sais pas qui lança un défi aux jeunes du genre : « t'es pas cap de te baigner ! » Inutile de préciser que le service d'ordre que nous formions Yann, Francis et moi même, fut rapidement débordé et que ni une ni deux, les jeunes se retrouvèrent à faire les andouilles dans de l'eau à 5° (et même pas de pastis...). Nos ouailles offraient alors une image désolante de jeunes sauvageons, livrés à eux mêmes. Et le pire, c'est qu'il y avait préméditation ! Ils avaient tous leurs maillots de bain !

Pour les punir, nous décidâmes alors de rallonger la rando jusqu'au col Girardin, situé 300 mètres plus haut. Nous nous dîmes alors qu'avec une pareille punition, ils ne seraient pas près de recommencer ! Rira bien qui rira le dernier !

Nous étions alors loin de nous douter que cela leur plairait, et nous n'étions pas au bout de nos surprises !...

Nous partîmes le lendemain pour une rando de 3 jours en itinérance et en bivouac, nous menant de Ceillac à Saint Véran, par le col Fromage à l'aller, et par le col des Estronques au retour.

Le menu de ces trois jours fut assez simple : rando le matin, rando l'après-midi (après la sieste), baignade dans les torrents (tous les torrents y ont eu droit!), installation du bivouac, préparation du repas du soir, rangement du bivouac, et c'est reparti ! Et au bout de trois jours passés en pleine montagne à se rationner, tout le monde se battait pour avoir un bol de crème d'asperges de Knorr !

Incroyable !

Après cette belle boucle, nous devions déjà rentrer, mais une dernière épreuve nous attendait alors, et elle était de taille : la France jouait conte l'Allemagne ce soir là, et il allait falloir être fort ! Nous le fûmes sans doute été, puisque nous gagnâmes !

Forts de ce succès, nous décidâmes d'en faire une petite dernière avant de reprendre la route, avec cette fois-ci deux options différentes : un groupe cool, qui monta au lac de Clausis (400 mètres de dénivelée), et un groupe pêchu qui monta au col sud du Cristillan, soit 900 mètres de dénivelée, et une arrivée à près de 3000 mètres. Inutile de vous préciser que ce furent les éléments les plus perturbateurs qui durent subir cette terrible punition !

Avec le recul, force est de constater que nous nous sommes fourvoyés, Francis, Yann et moi même, car loin de les avoir dégoûté de la montagne, il paraît que tout le groupe est prêt à repartir !

Bref, ce fut une bien belle semaine, dans un cadre magnifique, et dans une ambiance du tonnerre !

Retrouvez toutes les photos en cliquant ici.

0 commentaire.

Vous devez être inscrit pour pouvoir publier un commentaire.